Un nouveau site web pour louer son bien immobilier

Un nouveau site web pour louer son bien immobilier

Le gouvernement vient de créer et de mettre en ligne depuis un mois un site web pour aider à louer son bien immobilier pour les propriétaires bailleurs. Il s’agit de la plate-forme Facil Habitat créée en association avec l’ANAH, l’agence nationale de l’habitat. Outre l’aide apportée pour préparer la mise en location de son bien immobilier, Facil Habitat conseille aussi sur l’investissement dans la pierre, sur la réalisation de travaux et sur la gestion de son bien au quotidien.

Facil Habitat est une plate-forme d’information et de services. Vous ne louerez pas votre bien dessus. Il s’agit d’un regroupement d’informations utiles aux propriétaires de biens immobiliers les accompagnants dans toutes les démarches de leur projet immobilier.

Le but premier de cette plate-forme est de donner un coup de boost à la location immobilière, trop souvent délaissée par certains propriétaires trouvant les démarches trop fastidieuses.

Facil Habitat met à disposition des fiches pédagogiques facilitant les prises de décision (type de location, prix du loyer, éventuels travaux…), ainsi que des simulateurs (PTZ par exemple), modèles de baux ou encore des modèles de lettres (relances, impayés…), des fiches-astuces comme par exemple pour réduire les frais de notaires etc…

Les fiches-conseils

Elles concernent le financement, la fiscalité, la gestion et les travaux, permettant ainsi de mieux louer son bien immobilier.

Sous forme de blog, chaque catégorie renvoie sur un article expliquant clairement et simplement le sujet de la fiche. Sur la gauche de la fiche vous pouvez cliquer sur les grandes lignes et ainsi accéder à l’information ciblée plus rapidement.

Ces fiches-conseils s’ajoutent au fur et à mesure des actualités immobilières.

Le parcours pas-à-pas

Premier onglet du menu, il s’agit d’une page guidant le propriétaire bailleur à chaque étape de son projet de location. Cette page reprend les grands axes des fiches-conseils sous la forme d’un chemin animé ludique et clair. Cliquez sur la première étape et laissez vous guider, ou bien accédez directement aux catégories qui vous intéressent.

La boîte à outils

A l’heure où nous écrivons cet article, 28 outils sont à la disposition de l’utilisateur. Il s’agit de cartes interactives, de calculatrices de simulation, de formulaires de demande en ligne, de modèles de lettres, modèles de quittance, diagnostic, tableau d’amortissement, de répertoires etc…

Et après ?

L’année prochaine, le site web renseignera également les propriétaires occupants leur bien désirant réaliser des travaux.

Et bientôt en ligne, des aides pour les propriétaires résidant en Outre-mer pour savoir comment louer son bien immobilier hors métropole.

Premier achat immobilier : les 8 erreurs à éviter

Premier achat immobilier : les 8 erreurs à éviter

Le premier achat immobilier est celui de la concrétisation de sa première vie de couple. Le ciel est bleu, des projets plein la tête, des étoiles à la place des yeux… Mais sous le coup de l’euphorie et du stress vous pouvez vite tomber dans quelques pièges… Voyons ensemble les 8 erreurs à éviter lors d’un premier achat immobilier.

premier achat immobilier

1. Avoir une épargne

Même si avoir une épargne avant d’acheter n’est pas (ou plus) une obligation vis-à-vis d’une banque, le fait d’en avoir une facilitera toujours les négociations et montrera aux banquiers que vous êtes capable d’épargner et que vous n’êtes pas dépensier ni endetté.

2. Concubins : qui est propriétaire et de quoi ?

Si vous achetez en étant en couple mais mariés sous le régime de la séparation des biens ou encore concubins ou non-pacsés, avec des apports différents également, il vous sera demandé de choisir la quote-part d’acquisition la plus en adéquation avec votre situation. Acheter seul est peut-être aussi une solution à envisager.

A deux et au début tout est rose et on ne pense naturellement pas à une éventuelle séparation (divorce, décès, séparation simple). Pourtant il est très important d’assurer ses arrières et d’y réfléchir efficacement.

Etablissez donc précisément qui paye quoi lors de votre premier achat immobilier.

3. Oublier de se renseigner sur des solutions de financement complémentaires

Le plus connu de tous est le PTZ ou prêt à taux zéro. Vérifiez votre éligibilité.

Si vous faites partie d’une entreprise du secteur privé non-agricole vous pouvez aussi peut-être bénéficier d’un taux préférentiel très intéressant.

4. Se renseigner sur les diagnostics techniques du bien désiré

Il y a plusieurs choses à vérifier lors d’un premier achat immobilier et nous les oublions souvent, notamment les diagnostics techniques : amiante, plomb, termites, nuisibles, gaz, électricité…

Cela jouera en votre faveur afin de faire diminuer le prix du bien. Vous aurez des frais afin de tout remettre aux normes, profitez-en pour négocier.

5. Consulter les derniers PV des assemblées de copropriété

Si le bien immobilier visé fait partie d’une copropriété, il est très important de savoir où en sont les frais communs. Si vous ne le faites pas, vous risquez d’avoir de belles surprises : ravalement de façade, changement ou installation d’un ascenseur, changement de la porte d’entrée avec boîtier électronique à code, installation de la fibre, rénovation du parking, etc.

Assurez-vous que tous les frais principaux soient derrière vous et nous vous attendent pas au tournant…

6. Négliger les autres frais

Le coût de votre premier achat immobilier ne comprend pas que le prix du bien. Il s’agit d’une addition de plusieurs frais qu’il est important de prendre en compte dans le budget que vous allez vous fixer : les frais de notaire étant les plus importants, les éventuels travaux de rénovation, les mises aux normes, l’ameublement, la décoration, l’installation d’une climatisation, l’équipement de la cuisine etc.

Sans oublier les frais d’agent immobilier si vous passez par une agence, les frais de dossier, l’assurance du prêt, la taxe foncière, les frais de copropriété etc.

7. Ne pas penser à la revente

Ne vous précipitez pas sur un bien, même en cas de coup de coeur ! 

Déjà, gardez à l’esprit qu’il s’agit de votre coup de coeur, pas du coup de coeur de tout le monde. Les goûts sont propres à chacun et la décoration qui vous plaît ne plaira pas forcément au futur acquéreur. Il est facile de tomber sous le charme d’un appartement ancien, au coeur d’un village avec une douche à l’italienne et une cuisine américaine toute neuve. Mais s’il s’agit de votre premier achat immobilier, il y a aussi de fortes chances que ce ne soit pas le dernier. Le couple peut se transformer en famille, se séparer, avoir besoin de plus d’espace pour un animal de compagnie, une mutation peut aussi vous obliger à vendre, vous vous rendez compte que le voisinage est insupportable, le quartier ne nous plaît plus etc.

Quand vous achetez, demandez-vous d’entrée si le bien sera facilement revendable : logement neuf ou récent, proximité des commerces et des écoles, parking, vis-à-vis, charges pas trop lourdes, aménagement des pièces, toilettes séparés, chambres avec de grands rangements, ensoleillement, ascenseur etc.

8. Ne faire confiance qu’à sa chère banque

C’est terminé l’époque où on ne faisait confiance qu’à son fournisseur d’électricité, qu’à son opérateur mobile, qu’à son assureur ou qu’à sa banque… Faites jouer la concurrence ! Pourquoi payer plus cher ? Ne vous inquiétez pas, vous ne vexerai pas votre banquier que vous connaissez depuis 10 ou 15 ans. 

Comme il est long et fastidieux de faire la tournée des banques à la recherche des meilleures conditions de crédits, vous pouvez confier votre projet à un courtier de proximité. Il négociera à votre place auprès de tous les partenaires financiers consultés le taux de crédit, la durée, l’assurance emprunteur, et plusieurs détails que vous-même ne penserez pas ou n’aurez pas la latitude de négocier (frais de dossier, remboursement anticipé, frais de tenue de compte, etc).

Cela tombe bien, nous sommes courtier et en plus nous ne vous réclamerons aucun frais de dossier que vous acceptiez ou refusiez notre offre.

Enfin, les taux continuent de battre des records de baisse, c’est le moment pour en profiter !

Investissement locatif : le plan le plus rentable dans la pierre

Investissement locatif : le plan le plus rentable dans la pierre

L’investissement locatif est un des placements les plus rentables qui soit. Il est également très sûr. Du fait de la baisse record des taux de prêts immobiliers, la valeur des biens augmente. De quoi mettre de belles sommes de côté en vue de sa retraite, de ses passions, de ses projets, bref un excellent revenu complémentaire. Enfin, l’investissement dans la pierre est l’un des placements les moins impacté par l’évolution de la conjoncture.

invetissement locatif

L’investissement locatif (ou l’investissement immobilier) est en France l’un des placements des plus sûrs, loin devant d’autres placements très connus comme les livrets d’épargne ou la bourse. C’est l’un des placements qui n’a presque jamais une tendance à la baisse. De plus, les lois Pinel et Censi-Bouvard aident à l’accession de bien immobilier.

Il y a 4 grandes lois aidant à l’investissement locatif :

Pineldéfiscalisation sur l’investissement dans un logement neuf ou remis en état pour atteindre les conditions techniques d’éligibilité au neuf.

Censi-Bouvard défiscalisation sur l’investissement dans un logement neuf en résidence meublée.

Denormandiedéfiscalisation pour la rénovation d’un logement dans un quartier ancien dégradé.

Malrauxdéfiscalisation de la restauration d’un logement dans un centre-ville historique.

En plus de ces lois qui permettent d’avoir des avantages fiscaux, il existe d’autres points comme la plue-value à la revente ou la GLI (garantie loyers impayés) qui protège des aléas des locataires et qui permet une certaine stabilité du marché immobilier locatif.

Autre gros avantage d’investir dans la pierre, celui des taux historiquement bas.

Nous vous conseillons d’investir dans des surfaces grandes qui pourront être louées à des familles, offrant donc une stabilité et une assurance dans les loyers plutôt que dans des surfaces plus petites qui vont souvent voir ses locataires déménager et se succéder, ouvrant donc la voie à plus de risques.

Concernant les villes où l’investissement locatif est le plus rentable, citons Lille, Marseille, Toulouse ou encore Montpellier. Ces villes offrent un rapport qualité de vie/coût des plus attractifs. A l’inverse, Bordeaux et Nantes connaissent un chemin différent à cause des parisiens ayant plus de moyens financier pour investir, ce qui a créé une inflation des prix du marché.

Ce dernier point géographique est même le critère le plus important quand on veut se lancer dans l’investissement locatif.

N’hésitez pas à nous demander nos conseils d’expert, même sur notre page Facebook.

Nous vous invitons également à découvrir le baromètre des taux immobiliers qui bat tous les records !

Réduire les frais de notaire

Réduire les frais de notaire

Lorsque l’on s’apprête à acquérir un bien immobilier, il existe des éléments financiers auxquels il est indispensable de penser afin de l’inclure dans son budget. Les frais de notaire sont la plus grande partie des frais divers qui s’ajoutent au prix du bien et aux autres charges (frais de dossier, assurance emprunteur surtout). Dans cet article, nous vous livrons quelques astuces pour faire baisser les frais de notaire.

frais de notaire

Différents taux sont appliqués pour calculer les frais de notaires : entre 7 et 8% pour l’achat dans l’ancien et entre 2 et 3% dans le neuf. Le notaire reverse ensuite la majorité de cette somme à l’Etat. De quoi sont constitués ces frais de notaire ?

Les droits d’enregistrement (ou de mutation) ne dépassent jamais les 5,81% du prix du bien dans l’ancien. Ils sont fixés à 0,715% hors taxes dans le neuf (même taux pour les achats sur plan ou si le bien fait l’objet d’une première vente dans les 5 ans).

La contribution de sécurité immobilière fait également partie des frais de notaire. Que ce soit dans le neuf ou l’ancien, elle est fixée à 0,10% du prix du bien.

Cet impôt ne peut pas être négocié, mais alors comment réduire les frais de notaire ?

Les biens meubles

Quand le prix de vente est connu, il est possible d’y soustraire la valeur des biens meubles du logement : cuisine équipée, climatisation, bureaux… Ils représentent la valeur ajoutée du bien. Etant donné que les frais de notaire sont calculés sur les biens immeubles, ces éléments peuvent être soustrait pour les réduire. Cette déduction ne pourra pas dépasser 5% du prix du bien.

Les frais d’agence

Si vous achetez votre bien via une agence immobilière, il faudra préciser que les frais d’agence sont à la charge de l’acheteur. Ceci doit être notifié dans le mandat ou le compromis de vente. Les frais de notaire seront alors calculés sur le prix « net vendeur ». Si les frais d’agence sont de 10% du prix du bien, la déduction des frais de notaire sera très intéressante.

La rémunération du notaire

Celle-ci est plafonnée par l’Etat et est dégressive en fonction du prix du bien. Par exemple, elle va être compris entre 1,2 et 1,5% au-dessus de 100 000€. Depuis 3 ans l’acheteur peut négocier cette rémunération. La remise est de 10% maximum pour les biens au-dessus de 150 000€. Mais depuis la loi Macron qui a déjà réduit les salaires des notaires, ces derniers l’acceptent de moins en moins. De plus, une fois une remise accordée à un client, le notaire sera dans l’obligation de l’accorder à tout le monde.

Lire notre précédent article sur les déménagements en 2019.

Call Now Button